Santé au travail et action dirigeante. Constats et leçons issus de deux sites industriels

Résumé : Un enjeu majeur pour les entreprises aujourd'hui est la capacité de réconcilier la trajectoire de modernisation économique et sociale, la prise en compte de l'organisation et des conditions de travail, avec un souci critique celui de la construction de la santé des salariés. Partant de cet enjeu, de nombreux travaux en sciences sociales ont cherché à mettre en évidence les conditions des compromis unissant les composantes suivantes : les stratégies de firmes et la rationalisation des dispositifs d'organisation du travail et de pratiques innovatrices, les modes de gestion managériaux d'accompagnement de ces stratégies et dispositifs, les tensions perçues et vécues par les acteurs, l'effet sur leur santé physique et mentale. Au bout de quelque trois décennies de ces mouvements industriels et tertiaires, les premières manifestations des effets sur la santé des personnes se sont fait ressentir. En exigeant flexibilité et autonomie, les organisations actuelles du travail sont génératrices de charges accrues et cumulées, d'un alourdissement des contraintes de tra-vail (Gollac, 2005 ; Askenazy, 2004). Elles encouragent l'intensification associée à une dégradation des conditions et de la santé au travail vivement ressentie par les salarié-e-s (Askenazy et al., 2006). Enfin, on ne saurait omettre les formes extrêmes de la dégradation de la santé au travail : la plainte du mal-être, l'épuisement des professionnels exposés, les suicides dans de grandes entreprises. Les effets délétères de l'intensification peuvent être neutralisés à l'aide de procédés managériaux ou bureaucratiques de « masquage », tels le déni, la banalisation, l'individualisation (Gollac et Volkoff, 2006). Il ressort que la question qualitative du travail des individus fait partie intégrante de l'agenda politique des dirigeants et qu'ils ne peuvent s'y dérober. L'objet de cet article est d'étudier, sur deux sites industriels, le lien existant entre la construction de la santé des salarié-e-s et des modalités d'action dirigeante (la notion est définie plus bas). Il explore la dimension commune centrale de ces modalités en s'intéressant particulièrement aux questions suivantes. En quoi consiste ce travail dirigeant ? quels sont ses objets d'intervention et les entités qu'il mobilise, quelles sont ses modalités d'exercice ? Quelle est la nature et l'importance des effets des modalités sur la santé ? Pour ce faire, nous procédons en quatre étapes. Nous explicitons d'emblée la problématique de l'action dirigeante puis nous exposons trois modalités qui donnent à voir les formes concrètes d'intervention et les régulations socio-productives qui les accompagnent. Dès lors, nous dressons un tableau exposant les effets majeurs des formes d'action dirigeantes sur la santé des individus. Pour conclure, nous exposons le résultat principal de cette étude et les nouveaux enjeux de l'action dirigeante sur la santé.
Mots-clés : action dirigeante
Type de document :
Article dans une revue
Revue Française de Gestion, Lavoisier, 2011, 37 (214), pp.145-164. 〈10.3166/RFG.214.145-164〉
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [18 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-mines-nantes.archives-ouvertes.fr/hal-01371511
Contributeur : Guy Minguet <>
Soumis le : lundi 26 septembre 2016 - 16:34:18
Dernière modification le : samedi 18 août 2018 - 01:14:07
Document(s) archivé(s) le : mardi 27 décembre 2016 - 12:33:11

Fichier

RFG37_214_09-Minguet-214.pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

Citation

Guy Minguet. Santé au travail et action dirigeante. Constats et leçons issus de deux sites industriels. Revue Française de Gestion, Lavoisier, 2011, 37 (214), pp.145-164. 〈10.3166/RFG.214.145-164〉. 〈hal-01371511〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

177

Téléchargements de fichiers

82